Au terme d’une saison réussie malgré quelques regrets, nous sommes allés à la rencontre de l’entraîneur rochelais, François Sence. Il nous parle des performances de l’équipe, de l’effectif et de la saison qui se profile.

François, vous terminez sur le podium du championnat avec 17 victoires pour 9 revers, quel bilan tires-tu de cette saison ?

 « En dehors des chiffres, nous avons évolué dans un championnat dense et serré où, par le jeu des confrontations directes, nous terminons à la troisième place. L’objectif top 5 est donc validé, dans une poule plus homogène que l’autre. De ce point de vue, nous voulions oublier la saison précédente et montrer que le projet pouvait prendre de l’essor, c’est chose faite. Notre bonne assise défensive, combinée à notre envie de ne jamais lâcher, nous ont permis de gagner des matches très serrés, même si certains nous ont échappé. Forcément, il y a un peu de frustration, dans une saison très particulière. Nous avons parfois manqué de rythme et d’alchimie sur la durée, en raison des reports et des blessures, contrairement à Toulouse notamment. Tours était présenté comme l’épouvantail de la poule mais, au final, on a su rivaliser lors des deux rencontres, même s’il nous manquait encore quelque chose. Mais on ne doit pas trouver d’excuses, c’est du 5 contre 5. Nous avions un groupe neuf et ce championnat saccadé ne nous a pas aidés. » 

Justement, vous avez connu de longues semaines sans jouer et des nombreux changements au sein de l’effectif. Mais l’équipe, elle, a toujours performé. Un point positif, pour vous ?

 « Tout au long de la saison, nous avons essayé de garder une structure. À chaque fois que nous avons réussi à atteindre un certain niveau, il y a eu du changement dans l’équipe. Ce fut éprouvant mentalement, mais j’ai eu la chance d’avoir des compétiteurs qui ont su mettre le coup de collier et trouver un élan pour revenir dans des matches mal embarqués. Il faudra se servir de cette saison pour améliorer l’effectif, trouver des complémentarités et des joueurs polyvalents et donc franchir un cap. Les bases sont posées mais les dernières marches sont toujours plus compliquées à franchir. L’arrivée d’Aymeric, de Pierre-André et la mienne doivent nous aider à travailler encore mieux la saison prochaine, pour continuer notre progression à l’image du rugby. Notre Club se structure, évolue et avance bien. » 

Au final, l’équipe termine troisième, après une saison précédente beaucoup plus compliquée. Une nette progression pour le Club, qui doit vous encourager à en vouloir davantage ?

« Je suis arrivé dans un beau projet. Cette saison nous a servi à le construire et à poser ses fondations. Nous avons désormais une structure plus solide qu’avant car nous connaissons tous mieux le fonctionnement du Club. Les bases sont solides, à nous d’emmagasiner de la confiance pour avoir des résultats et faire une bonne saison. Cette année, malgré le contexte sanitaire, nous avons progressé, en trouvant des joueurs intéressants et complémentaires. »

François, vous venez de vivre une saison vraiment particulière, où vous avez dû vous adapter en permanence ?

« Je ne pensais pas que nous aurions dû à s’adapter autant. Ce sont des choses que nous n’avons jamais vécues dans nos métiers. Notre rôle était de réduire au maximum les incertitudes. Mais cette saison, c’était peine perdue. Nous sommes contents que la saison soit terminée. La vie de sportif est rythmée sur un cycle de quelques jours entre chaque match, lequel a été complètement saccadé cette saison. »

Pouvez-vous nous faire un état des lieux de votre effectif ?

« Nous avons fait le choix de garder une bonne ossature avec plusieurs joueurs qui vont rester. Franck Seguela vient de prolonger jusqu’en 2023, Gaëtan Clerc, Arnauld Thinon, Desmond Quincy-Jones et Cheikh Gassama et Vanly Meité restent. Je n’oublie pas et remercie tous ceux qui ont contribué à cette bonne saison, Thomas Vincent, Olivier Yao-Delon, Pierre Cellerier, Ron Anderson, Maxime Carene et Valentin Mukuna, sans oublier Thomas Creppy, qui a fait une pige de trois mois chez nous »

En termes de recrutement, quelles sont vos ambitions ?

 « Nous allons chercher un meneur de jeu, qui puisse être complémentaire avec les trois joueurs des lignes arrières déjà en place. Ensuite, nous recherchons un poste 3/4, capable de soulager Franck et de jouer à l’intérieur en cas de blessure. Pour amener de la densité physique et athlétique près du cercle, nous souhaitons recruter deux joueurs intérieurs. L’idée c’est d’aller chercher des bons joueurs du championnat, capables d’avoir un rôle de liant, de faire briller les joueurs cadres et de saisir les opportunités, en cours de saison, pour faire de grosses performances. Trouver la meilleure osmose possible pour garder notre assise défensive, tout en étant plus stable offensivement pour se faire moins peur sur les fins de match. Pour enchaîner les performances, il nous faut de la continuité, ce qui a été difficile à trouver cette saison avec les coupures et blessures. » 

Arrivé à l’intersaison, vous n’avez pas eu la chance de connaitre la Salle Gaston Neveur avec tous leurs supporters. Est-ce une frustration ?

« Une énorme frustration ! On a joué seulement quelques matches avec le public, en début de saison et Lorient récemment. Nous sommes impatients de voir la salle se remplir. J’espère que la saison que nous venons de vivre nous permettra d’avoir du monde dès le début du championnat, pour nous pousser davantage à aller chercher des victoires supplémentaires. Face à Lorient, dans une situation particulière, mais ça nous a fait du bien de voir nos supporters pousser derrière nous. » 

Alouette